Les concerts de l'été

Trio Karénine

Dimanche 4 août 2019 - 20h30 Abbatiale de Paunat
Récital - trio Karénine
Germaine Tailleferre - Trio 1917 / rev. 1978 - Maurice Ravel - Trio en la mineur - Dmitri Chostakovitch - Trio n°2 opus 67

En ouverture du festival, le jeune Trio Karénine, créé à Paris en 2009 et désormais composé de Paloma Kouider (piano), Fanny Robilliard (violon) et Louis Rodde (violoncelle) a choisi une programmation, alliant une “redécouverte”, Germaine Tailleferre,et deux des plus célèbres trios du XXe siècle, celui de M. Ravel et D. Chostakovitch. Ensemble prometteur et très apprécié des mélomanes tant pour son exigence que par son audace, l’intelligence novatrice de ses programmations, l’élan vital qu’il dégage, les jeunes Karénine ont été formés par le quatuor Ysaye au CRNM de Paris, le grand Menahem Pressler, Ferenc Rados, Jean-Claude Pennetier et le Trio Wanderer. Lauréats de très nombreux prix (concours international de Munich, Vienne, Pro Musicis). Ils se produisent dans les plus grandes scènes de concerts telles que Wigmore Hall de Londres, Montréal, Munich, Hambourg, Pékin, Venise. Devenu un des ensembles les plus en vue de leur génération, le trio est l’invité des festivals reconnus tels que la Roque d’Anthéron, Evian, Nantes, Tokyo, Varsovie et s’intéresse tout particulièrement aux créations contemporaines, en retenant des œuvres de Philippe Hersant, Thierry Escaich et Jean-Frédéric Neuburger. De façon originale, ce concert s’ouvrira par la découverte d’une œuvre de Germaine Taiffeferre, personnalité des années trente, seule femme du célèbre groupe des Six, aux côtés de Darius Milhaud, Arthur Honneger et Francis Poulenc. Son trio, étrangement composé en deux fois, 1917 puis 1978, allie impressionnisme et fougue néo-classique en une composition ciselée, poétique et pleine de fantaisie. Avec tout son raffinement et sa complexité si novatrice, le trio de Maurice Ravel développera ensuite sa perfection formelle et son «Pantum» exotique, inspiré de la musique malaise, ses ruptures et sa fluidité. En un contraste saisissant, le bouleversant «mémorial de guerre» qu’est le trio n° 2 de Dimitri Chostakovitch devrait ensuite atteindre une intensité et une force, rarement égalées, faites de violences extrêmes et d’un apaisement final. Ce nouveau concert devrait permettre de découvrir de jeunes virtuoses de très grande qualité, et trois œuvres si différentes, tour à tour d’un charme délicat, d’une maîtrise incantatoire et d’une intense puissance émotionnelle.