Les concerts de l'été

« Benjamin Alard,Marc Mauillon, Roger Muraro, le Quatuor de la Scala de Milan et le Quatuor Scaligero, les « Dissonances » et Edwin Crossley Mercer ... » Les quatre soirées de l'été 2018 devraient s'avérer particulièrement brillantes, originales et d'une grande ampleur. Réunissant parmi les meilleurs interprètes français ou italiens, retenant des œuvres mythiques, dont une création mondiale , ces concerts permettront la découverte d'un exceptionnel claveciniste français, d'un jeune baryton à la notoriété grandissante, d'un ensemble réunissant parmi les meilleurs jeunes solistes et aussi de revoir à Paunat, Roger Muraro pour la découverte d'une œuvre inconnue d'olivier Messiaen, Edwin Crossley Mercer et le quatuor de la Scala de Milan, si appréciés du festival. Cette saison fera preuve d'audace et d'exigence tant pour les programmes que des interprètes retenus

Quatuor de la Scala de Milan et Quatuor Scaligere

Lundi 6 août 2018 - 20h30 Abbatiale de Paunat
Récital Quatuor de la Scala de Milan et Quatuor Scaligere

 

C’est avec beaucoup de plaisir que nous retrouvons le Quatuor de la Scala qui, en 2011, nous avait particulièrement impressionné par son talent, sa justesse d’interprétation, avec une soirée Schumann, Webern et Dvorjak et en 2012 une magnifique création du grand compositeur allemand Aribert Reimann, avec la cantatrice Maria Lugia Borsi, «Et serait-ce la mort» qui avait déchainé passion ou interrogation lors d’un concert mémorable ! Ils aiment notre abbatiale, le lieu, l’atmosphère et le public de Paunat et seront accompagnés, cet été, du Quatuor Scaligere, composé de quatre jeunes femmes, membres, elles aussi, de l’orchestre de la Scala. Créé en 1953 et réunissant les premiers violons, violoncelle et alto du prestigieux orchestre de la Scala, le quatuor est célèbre en Italie pour sa grande musicalité et son étroite et quotidienne association avec l’une des plus célèbres institutions musicales du monde lyrique, qui vient de recevoir à Londres en mars dernier le prestigieux trophée qu’est l’Oscar du meilleur orchestre attaché à une salle d’opéra pour l’année 2018. Le quatuor participe aux manifestations les plus renommées à Milan, Bologne, Rimini, Venise ou Ravenne ainsi qu’à de grandes tournées au Brésil, Pérou, Argentine, Japon, Etats Unis et Allemagne. Le programme qu’ils ont choisi, se déploie en formation de quatuor, puis de sextuor et enfin d’octuor, telle une vague déferlante de «romantisme heureux». En introduction le singulier Quartettsatz en ut mineur (1820) de Franz Schubert s’imposera, à travers sa composition novatrice et inachevée, son mystère et ses contrastes de fièvre et de paix, d’une grande perfection. Puis le sextet n° 1 (1860) de Johannes Brahms, séduira de toute sa finesse, délicatesse et harmonie, qu’avait rendu célèbres son «andante non troppo» en accompagnement d’un célèbre film français des années 1960. Réunis en deuxième partie, les huit musiciens des deux formations, interprèteront avec panache, fougue et passion le célèbre et inégalé Octuor de Félix Mendelssohn, écrit par un jeune homme de seize ans en 1825, œuvre d’une maîtrise formelle étonnante, aux rebondissements incessants et aux subtiles variations. Au delà d’une course joyeuse de notes flamboyantes, du brillant et de la qualité du programme, cette soirée permettra une nouvelle rencontre avec des musiciens d’une richesse mélodique exceptionnelle. Réservez bien vos places en avance, compte tenu de l’affluence attendue.