Les concerts de l'été

Benjamin Alard et Marc Mauillon

Vendredi 3 août 2018 - 20h30 Abbatiale de Paunat
Récital Marc Mauillon - baryton et Benjamin Alard – clavecin

"J.S. Bach et l'Italie"

En ouverture du festival, deux musiciens de la même génération, le baryton Marc Mauillon et l’organiste/claveciniste Benjamin Alard nous proposent un récital rare, raffiné, ciselé et d’une grande sensibilité, mettant en regard la quintessence de la musique italienne des XVIIe et XVIIIe siècles et les œuvres de jeunesse de celui qui deviendra le maître absolu, J. S. Bach. Né en 1985, Benjamin Alard est un ancien élève de la Schola Cantorum de Bâle et lauréat, en 2004, du premier prix et du prix du public du très prestigieux concours international de Bruges, dont le jury était présidé par Gustav Leonhardt. En 2005 il est désigné, après concours, comme cotitulaire du nouvel orgue de l’église Saint-Louis en l’Isle et en 2007 devient lauréat de la Fondation Juventus. Racé, fin et élégant, sa notoriété et son talent en font un invité régulier des plus grands festivals français (Philarmonie de Paris, Saintes, Montpellier, Nantes) et il se produit continuellement à travers le monde (Japon, Canada, Etats Unis…). En 2017 le label «Harmonia Mundi» le retient pour une intégrale de l’œuvre pour clavier seul de J. S. Bach. Le premier volume de cette intégrale de 14 enregistrements prévus est disponible depuis le mois de mars dernier. Agé de 38 ans, Marc Mauillon occupe une place à part dans le monde du baroque, chanteur hors norme de par la singularité de son répertoire, son timbre émouvant et si reconnaissable, sa diction ciselée. Tantôt baryton, tantôt ténor. Il déploie et adapte ses couleurs au gré des musiques qu’il interprète. Marc Mauillon a particulièrement travaillé avec W. Christie, M. Minkowski, J. Savall, H. Niquet, E. Haïm et G. Jourdain. Il donne des récitals à Salzbourg, Munich, aux Pays Bas et récemment à l’Opéra Comique. 2018 verra la parution d’un nouvel enregistrement des «Leçons des Ténèbres» de Lambert, première parution en disque chez Harmonia Mundi. L’idée sous jacente de leur récital, en parcourant un peu plus d’un siècle de musique baroque, est de découvrir qu’au delà de son voyage initiatique vers le nord, J. S. Bach a conservé un goût affirmé pour la forme concertante italienne. Ce programme, permet une mise en miroir, en alternant sonates et cantates de Girolamo Frescobaldi, Domenico Scarlatti et Francesco Mancini, selon des enchainements subtils entre œuvres profanes ou religieuses, pour s’épanouir, en deuxième partie, en une suite française du Cantor de Leipzig, la sublime cantate «Ich Habe Genug» et le voluptueux «Amore, traditore». Cette soirée, de par la cohésion et l’élégance des deux interprètes, la rareté et la pertinence de leurs choix, devrait permettre la découverte d’un l’univers baroque peu connu et de ménager les surprises au gré de partitions d’un raffinement et d’une force émotionnelle inattendus.